VA T’FAIRE… JUBILER!

Reine Élisabeth II - Va t'faire jubiler - Jean NémarNous fêtions hier, le jubilé de diamant (60 ans) du règne de notre très chère reine1, Élisabeth II souveraine de 16 États indépendants2 et chef du Commonwealth3.

Voilà donc mon cadeau de jubilé à Sa Majesté la reine Lizy II.

Du fond du cœur,

Mat-geste-tueuse-ment vôtre,

Jean Némar


1. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_II_du_Royaume-Uni
2. Royaume-Uni, Canada, Autralie, Nouvelle-Zélande, Jamaïque, Barbade, Bahamas, Grenade, Papouasi-Nouvelle-Guinée, Îles Salomon, Tuvalu, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Antigua-et-Barbuda, Belize, Saint-Christophe-et-Niévès.
3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Commonwealth_of_Nations

Un pied de nez à l’Empire britannique!

La reine Victoria portant un masque de V pour Vendetta, une bannière du Zeitgeist et un drapeau des patriotes de 1837-1838.Un pied de nez à l’impérialisme britannique et à notre statut de colonisé. Voilà une image pour le moins ironique. La reine Victoria portant un masque de V pour Vendetta, une bannière du Zeitgeist et un drapeau des patriotes de 1837-1838. Bien que le masque et la bannière soient des symboles forts, je vais me concentrer ici sur le drapeau de nos chers patriotes.

Rappelons d’abord quelques faits. En 1837, le conflit politique entre la population civile et l’occupant militaire colonial, qui durait depuis le début du XIXe siècle, aboutit à une rébellion armée dans les deux Canadas. Cependant, la rébellion sévissant dans le Bas-Canada fut d’une bien plus grande ampleur que celle qui eut lieu dans le Haut-Canada. Au printemps 1837, les chefs réformistes, dont le chef du Parti Partiotes, Louis-Joseph Papineau (oui, oui, celui dont nous n’avons pas la tête de), mirent sur pied une force rebelle. La situation fut telle, que l’armée britannique transféra la quasi-totalité de ses troupes du Haut-Canada vers le Bas-Canada. La rébellion mena à trois batailles connues sous le nom des villes où elles se déroulèrent soit Saint-Denis, Saint-Charles et Saint-Eustache. Puis, la loi martiale fut déclarée et de nombreuses arrestations, déportations (en Australie) et pendaisons en furent la conséquence. L’armée britannique sortie vainqueur de ce conflit.

Cela dit, la reine Victoria fut Reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande de 1837 à 1901. C’est donc sous son règne que l’histoire vit entre autres choses :

La Rébellion de 1837-1838.
La pendaison des patriotes de 1839.
L’acte d’union de 1840.
L’A.A.N.B et la confédération (sic) de 1867.
La pendaison de Louis Riel en 1885.

De mon statut de colonisé,
Jean Némar

 

Note : Cette photo fut prise le 15 octobre, lors de la première journée du mouvement Occupons Montréal.