Ma lettre au Père Noël.

Ma lettre au Père Noël. Jean NémarCher Père Noël,

Cette année pour Noël, je ne veux rien qui est fait de plastique, je ne veux rien qui se jette, je ne veux rien de palpable.

Cette année, pour Noël, j’aimerais que tu ne donnes pas aux enfants riches de ce monde, des objets que les enfants pauvres ne pourront connaître que sous forme de rebuts.

Cette année, très cher Père Noël, j’aimerais que tu donnes à ceux que tu as négligés depuis toujours. Que ce soit tes petits lutins d’Asie, tes petits soldats d’Afrique ou tes petits oubliés sud-américains ou les autres!

Je sais que ton traineau ne glisse pas aussi bien sur le sable que sur la neige. Je sais aussi que tes reines trouveront probablement insupportables les chaleurs du continent africain.

J’aimerais tout de même que tu fasses l’effort, Père Noël, de t’y rendre. Que tu offres à ces jeunes enfants, ce que tous ces enfants de riches tiennent pour acquis!

J’aimerais, cher Père Noël, que tu leur offres des choses simples. J’aimerais que tu leur offres à manger et à boire (ne serait-ce que l’eau de nos robinets). J’aimerais que tu leur offres un toit, un peu de chaleur qui serait réconfortante, pour une fois, car la seule chaleur qu’ils connaissent est, souvent, suffocante.

Finalement, j’aimerais que tu leur offres, ne serait-ce que pour une soirée, le plus grand de tous les présents et j’ai nommé : l’espoir.

De cet oubli phénoménal,

Jean Némar