Steve Jobs n’est plus.

Bill Gates à propos de la mort de Steve Jobs.

Voici le commentaire de Bill Gates à propos de la mort de Steve Jobs (traduction libre).

« Je $ui$ $incèrement dé$olé d’apprendre le décè$ de $teve Job$. »
[…]
« $teve, tu va$ me manquer immen$ément. »1

Je ne fus aucunement surpris de voir que les gens de mon entourage me trouvaient « sans cœur » de dire que la mort de cet homme était probablement une bonne chose. Pour eux, il paraissait incohérent que je dise que je n’aimais pas Steve Jobs alors que j’avais un iPhone. Drôle de façon de penser, comme si je devais nécessairement aimer les personnes qui fabriquent, inventent ou commercialisent les objets que je consomme. Steve Jobs, ce grand homme, a tout de même fait sa fortune en vendant, trop cher, des objets fabriqués en exploitant la misère de milliers de Chinois, payé un salaire de miséreux. Selon leur logique, je devrais forcément aimer les pétrolières qui me vendent du bon pétrole, les fabricants d’armes qui me vendent la paix, les médias qui me vendent un prêt-à-penser, les banquiers qui me vendent des produits toxiques afin s’en mettre plein les poches. Revenons-en à Steve Jobs, il a réussi à créer une folie consommatrice sans précédent, la belle affaire. C’est vrai qu’il a révolutionné la commercialisation, mais est-ce une bonne chose? Laissez-moi en douter. Notre société d’hyper-consommation-et-de-gaspillage est en train de détruire la terre à la vitesse Grand-V. Apple, passé maître — sous le règne de Steve Jobs — dans l’art de nous faire remplacer des objets technologiques, contenant nombre de composantes chimiques et toxiques, alors qu’ils fonctionnent encore très bien, va peut-être perdre son élan destructeur, suite à la perte de son Gourou. Utopique? Peut-être, mais je le souhaite quand même. Utilisons la technologie dans le but d’améliorer le monde et jamais pour le détruire.

De cet amour démesuré envers des fabricants de cossins,

Jean Némar

1. http://business.financialpost.com/2011/10/05/bill-gates-on-the-death-of-steve-jobs/